Le Portail National des Stages Permis à Points
  12 000 Stages Agréés par Arrêtés Préfectoraux
Réservation Immédiate
0 972 634 237
Votre Inscription gratuite
Tous Départements

Le Portail National des Stages Permis à Points Agréés
  12 000 Stages Agréés par Arrêtés Préfectoraux - Tous Départements



L’annulation du permis de conduire est toujours prononcée par un juge.
Celui-ci peut annuler un permis sans avoir l’obligation de choisir une telle sanction pour différentes infractions comme la Conduite sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiant, ou conduite sans assurance.
Certaines infractions commises en récidive entrainent l’annulation automatique du permis de conduire assortie d’une durée de trois ans minimum d’interdiction de le repasser. Ces infractions sont des délits routiers : Récidive de conduite sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants, récidive du refus de se soumettre aux vérifications d’un état d’alcoolémie ou de prise de stupéfiants, homicide involontaire aggravé ou atteinte aggravée entrainant une incapacité de plus de trois mois. En cas de récidive d’homicide involontaire ou d’atteinte aggravée, l’annulation définitive du permis peut être prononcée par le juge, mais au minimum et de manière automatique l’annulation est assortie d’une interdiction de conduite d’un véhicule durant une période de dix ans.

Lors d’une annulation prononcée suite à un délit routier, il faut passer un examen médical et psychotechnique avant de pouvoir repasser le code de la route.
Si le conducteur était auparavant titulaire d’un permis de conduire depuis plus de trois ans et que le délai d’interdiction de conduire suite à l’annulation du permis est inférieure à un an, il n’est pas nécessaire de repasser l’examen pratique du permis de conduire. Il faut également, pour pouvoir éviter de repasser l’examen pratique, que la demande d’inscription pour solliciter un nouveau permis soit fait dans un délai de neuf mois. Dans le cas ou le conducteur repasse uniquement l’examen théorique du code, celui-ci ne sera pas soumis aux limitations de vitesse imposées aux jeunes conducteurs titulaires d’un premier permis de conduire ; il n’aura pas non plus l’obligation d’apposer la lettre A ( jeune conducteur) à l’arrière du véhicule. Il sera cependant concerné par le dispositif du permis probatoire pendant une durée de trois ans avec un plafond de six points maximum la première année du permis probatoire.

Suite à une annulation du permis, le conducteur peut exercer son droit de recours auprès de la cour d’appel dans les dix jours à compter du jugement ou de la notification du jugement contre la décision judiciaire d’annulation.